Le défi de Richard et la fin de l’Aventure…

Samedi était la dernière journée du périple de nos valeureux cyclistes et c’est aujourd’hui, lundi, qu’ils devraient arriver. En les attendant, voici de quoi vous faire patienter!

Un mot de Richard

« Tout d’abord un petit mot sur ma participation à ce challenge. L’an dernier, avec un groupe d’amis, j’ai fait cette même traversée pour le défi sportif, et à mon retour je n’ai cessé de répéter à tous mes amis cyclistes que c’était un voyage à faire absolument, pour le défi et surtout pour la beauté indescriptible des paysages. Chaque journée, chaque col, nous offrent des vues à couper le souffle. C’est en présentant toutes les beautés de cette traversée et en expliquant la nature du défi sportif à Josée en septembre dernier (qui était alors hésitante) que je me suis laissé, petit à petit, entraîner dans cette aventure. C’est finalement l’énergie, la joie de vivre, le sourire de Josée, ainsi que toute sa détermination, toutes les heures que Josée investi pour ses 1 500 patients, ses levées de fonds pour la recherche visant à trouver une cure à la sclérose en plaques qui m’ont convaincu de refaire à nouveau, et sans hésitation, cette traversée.

Mais le plus grand défi pour moi représentait la levée de fonds. À ma grande surprise, la réponse que j’ai eue de mes amis, collègues de travail, partenaires d’affaire (aussi loin que les Émirats Arabes Unis) a été au-delà de toutes mes attentes.  Je les remercie tous chaleureusement, car leur contribution m’a permis de me joindre à un super groupe de participants qui, pour la plupart, côtoient cette terrible maladie au quotidien.

2 août 2013

Avant-dernière journée de ce merveilleux périple.  Au programme, 2 cols (la Cayolle et Valberg) et environ 2000 mètres de dénivelé positif sous un soleil de plomb (42 degrés Celsius au Garmin de Denis à son arrivée à Valberg).  Merci à Alex notre guide de nous avoir aspergés durant la montée du col de Valberg!

Nous nous approchons tranquillement, très souvent à seulement 9 km/h, de la Méditerranée…

La fatigue se fait sentir chez les cyclistes, pour certains les petits bobos sortent,  pour un il constate à mi-parcours qu’il a inversé les semelles intérieures de ses souliers et « pas à peu près » : le pied droit dans le pied gauche et le devant, derrière.  Mais rien ne peut arrêter la détermination des participants.

Encore une fois, nous avons eu droit à des paysages magnifiques sur des routes construites à flanc de montagne. Mais qui a bien pu construire des telles routes et pour quelles raisons!! Josée et Robert, qui ont achetés des livres sur « La route des grandes alpes », auront la responsabilité de nous éclairer à ce sujet.

Et on ne peut passer sous silence la gastronomie française. Au lunch aujourd’hui, dans un petit hôtel au bas de la descente du  premier col, les 2 menus du jour étaient absolument délicieux et l’hôtesse très accueillante.

Richard

Un petit bonjour à Marilyne et Maxime!!!

Cayolle

Richard_pois

Les derniers cols, en rafale!
Samedi matin, les cyclistes étaient les premiers debout dans l’auberge. Les aubergistes ont accepté de leur servir le déjeuner en avance, car les cyclistes avaient une GROSSE journée devant eux. Au programme: 4 cols, 3 000 mètres de dénivelé,130 km et 40°C.

L’énergie était à son maximum et les cyclistes arboraient tous un sourire lors du premier col, le col de la Couillole. Ils ont réalisé rapidement arrivés au deuxième col, le col St-Martin, que la journée s’annonce ardue. Il fait chaud, et Alex les arrose constamment pour les rafraîchir.

Le col de Turini, en est un très soutenu. La semaine de vélo commençait à se faire sentir dans leurs jambes. Heureusement, un MrFreeze les attendait au sommet! Il a tôt fait de leur faire oublier leurs douleurs…

À partir de là, une longue descente commençait : c’est de toute beauté. Des paysage qu’ils ont pleinement mérités.

Le dernier petit col s’est bien fait et ils ont ensuite filé vers Menton pour retrouver France et Sylvie qui avaient passé la semaine dans le secteur de Carcassone. Célébrations, félicitations. «Nous sommes tous très fiers de notre accomplissement, et avec raison. Avec un petit coté philosophie et un brin de nostagie, nous repensons au périple que nous venons de terminer et à tous ces gens atteint de la SP qui vivent avec leur propre défi sans arrêt.

Nous sommes privilégiés, et nous le savons et le savourons! »

Bravo à nos cyclistes et bon retour! Nous sommes immensément fiers nous aussi!

Publicités

Un mot de Josée…

Aujourd’hui, nous avons reçu un message de la part de Josée Vigneault. Nous avons tenu à vous le transmettre, car il dégage, selon nous, l’énergie et les émotions qui semblent régner au sein du groupe de cyclistes.

« Blogue spécial qui en fait ne fait pas seulement état de la journée d’aujourd’hui, mais d’un ensemble de pensées qui me traversent l’esprit depuis le début de ce magnifique projet!

Plusieurs mots me viennent en tête: préparation, investissement de temps, nervosité, dépassement de soi, maladie, privilège, forme physique, force psychologique, vrai, humanitaire, paysages majestueux, émotivité, entraide, chaleur, douleur, sept, accueil, respect, proximité, objectif, etc.

Nous avons en effet tous des objectifs différents en lien avec ce voyage, tout comme dans nos propres vies; nous sommes uniques.  Ce qui est merveilleux dans ce voyage-ci est le lien qui nous unit, l’objectif commun de trouver une cure à cette maladie.

Nous avons un guide merveilleux, Alexandre, qui donne son 110% et comme il dit si bien, l’accomplissement est 25 % physique, 25 % technique (vélo) et 70% mental…

Chaque petit geste pour rendre notre expérience la plus agréable possible, mais je peux vous assurer qu’il en fait bien plus qu’il en est demandé.  « Je vous trouve bons » dit-il.  Sa bonne humeur, son respect pour nos volontés, son originalité, son soutien unique… son dépassement.  Il est notre ange gardien.

Autant de petits villages traversés, autant de cyclistes jeunes et moins jeunes qui bravent chacun des cols, autant de raisons pour se dépasser personnellement.  Un maillot à pois pour chacun de nous, symboliquement nous sommes tous des vainqueurs en soi.  Peu importe ce que nous réaliserons ici, nous sommes gagnants.

Chaque matin est un nouveau défi.  La fatigue de l’un, la douleur de l’autre, le trac devant l’Alpe d’Huez… Nous avons plus de la moitié du chemin de fait, et discutons déjà avec une certaine tristesse qu’il ne nous reste qu’un soir à passer ensemble… mais je sais pertinemment que ce voyage nous aura unis pour la vie, car les liens créés ici sur la ROUTE DES GRANDES ALPES, resteront à jamais gravés dans nos cœurs.

Les paysages majestueux nous font oublier les douleurs vécues sur chacun des cols.  S’arrêter nous permet de mieux poursuivre…  Ce n’est pas vraiment chacun des sommets des cols que nous faisons qui compte mais chaque coup de pédale que nous donnons: c’est le trajet qui importe le plus.  Ce trajet a débuté avec une idée de Gilles et n’aura jamais de fin.

Nous profitons des lacets, des petites brises de vents, des quelques mètres ombragés, de l’eau que nous asperge Alex, de l’extérieur des courbes, pour trouver un peu de facilité afin de nous permettre d’arriver tout en haut!

Aujourd’hui, nous avons fait le les cols d’Izoard et celui de Vars.  Ce fût encore une fois majestueux, j’ai déjà hâte à demain! »

col_Vars

Merci à Josée pour ce mot inspirant et bonne chance pour le reste!