Retour imminent et vacances prolongées

Aujourd’hui marque la fin du Défi Groenland SP, un défi qui a probablement changé la vie de nos aventurières. Elles ont pu découvrir un territoire vierge, des glaciers majestueux et garderont probablement en tête des images et des souvenirs ineffaçables.

Alors que Marie-Pier sera de retour cet après-midi à Montréal, certaines des filles ont décidé de profiter de quelques jours supplémentaires en sol islandais! Dominique et Sonia rentreront demain, alors que Marie-France et Julie arriveront à Montréal le 6 août.

À nos quatre participantes
Une chose est sûre : tous les efforts de collecte de fonds que vous avez fournis cette année ont été récompensés.

Au nom des 20 000 Québécoises et Québécois atteints de SP et au nom de la Société de la SP, c’est un sincère MERCI que nous vous adressons. Vous nous aidez à changer le cours des choses.

merci

Retour à Reykjavík

Ce matin, l’avion décolle de l’île de Kulusuk pour ramener tranquillement le groupe vers un monde beaucoup plus connu. Quelle sensation de revenir à un environnement « civilisé » après avoir vécu cette semaine de dépaysement complet!

En fonction de l’horaire d’arrivée du vol, les filles profiteront d’un temps libre en fin de journée, où elle pourront visiter le centre-ville de la capitale, ses cafés, ses bars et ses terrasses.

Ce soir, le groupe passera à nouveau la nuit en maison d’hôte.

Reykjavik

En route vers le village Inuit de Kulusuk

Après ces deux jours de randonnée en autonomie, puisque le bateau ne pouvait plus suivre le groupe, Julie, Marie-Pier, Dominique et Marie-France regagnent à pied leur campement d’il y a trois jours.

Après avoir dîné, les bateaux viennent les récupérer, avec tout le matériel : c’est la fin du trek, et l’heure du retour, par la mer cette fois, vers la communauté Inuit de Kulusuk.

Kulusuk

En après-midi, après une douche appréciée, temps libre pour découvrir le petit village. C’est peut-être le temps de faire de belles rencontres avec des communautés locales, souvent fières de partager leur quotidien avec des personnes qui en sont tant éloignées.

Pour célébrer l’accomplissement des derniers jours, le souper et la nuit se feront en maison d’hôte!

Sonia

Nous avons eu des nouvelles de Sonia ce matin, qui revient sur les temps forts de son séjour :

« 29 juillet, jour du retour en France de l’autre membre de ma petite équipe franco-québécoise. J’avais le cœur gros de voir ma copine des dix derniers jours rentrer au bercail. Nous avons vécu de très beaux moments ensemble dans cette Islande insolite, magnifique et mystérieuse. Mais, la solitude ne me pèse pas et ces quelques jours « en solo » seront bien agréables aussi.

En arrivant en Islande, c’est le dépaysement immédiat. Nous nous retrouvons tout de suite dans un paysage « lunaire »,  parce qu’en quittant l’aéroport, nous traversons d’immenses champs de lave.

Une fois arrivés à Reykjavík, nous avons tout de suite l’impression d’être débarquées dans n’importe quelle ville européenne de taille moyenne. Ça nous donne le goût de partir sillonner le pays.

Notre exploration a donc commencé quand nous sommes parties de Reykjavík. Nous avons particulièrement apprécié la région du Cercle d’or, qui est certes magnifique, mais où nous avions par surcroît la chance d’être hébergées chez un jeune couple, dans un décor enchanteur : chevaux islandais, serres, en pleine nature, à deux pas du geyser de Geysir. Un coin très vert et paisible.

Nous avons également eu un coup de cœur pour la région de la lagune glaciaire de Jökulsárlón. Nous y sommes allées trois fois. Une première fois en reconnaissance, en nous rendant à Höfn, ville située à l’extrémité de notre parcours. Le lendemain, nous nous y sommes rendues en excursion. Enfin, nous nous y sommes encore arrêtées au retour, pour aller au bord de l’océan, là où se rendent les icebergs en sortant de la lagune, pour y « mourir » paisiblement.

Je suis maintenant cantonnée à Grindavik jusqu’au moment du départ. Grindavik est une petite localité perdue, au sud de la péninsule de Reykjanes. Il n’y a pas grand chose à voir ici, si ce n’est le port de pêche et le Musée de la morue. J’ai choisi ce coin pour la partie de mon voyage « en solo », parce que c’est un coin perdu et particulièrement calme, et qu’il y a de belles balades à faire sur les hauteurs des environs.

Pendant la première semaine, nous avons eu du temps gris et souvent pluvieux. Jamais de grosses pluies, mais souvent un petit crachin parfois assez tenace. Peu de soleil. Depuis le 26 juillet, le temps est superbe. Un soleil radieux et des températures agréables.

Ce que je vais retenir de mon passage ici, c’est avant tout le calme des gens du coin. Leur vie en harmonie avec la nature … leur nature. Ici, la vie me semble subitement au ralenti. J’ai l’impression de vivre ici depuis longtemps. Les nuits sont très longues et reposantes, malgré la clarté nocturne. Somme toute, deux semaines vraiment apaisantes, que j’apprécie beaucoup. Merci la vie! Tu fais bien les choses… ».

De la glace, de la glace, de la glace

Il y a quelques instants, nous avons eu Dominique au téléphone, mais la ligne a encore coupé au milieu de notre conversation! Voici les nouvelles que nous avons eu le temps d’avoir : aujourd’hui, le groupe a fait une grosse randonnée dans la vallée des Triplettes, de 8 h 30 à 15 h 30. Julie a également pu marcher, à son rythme.

Tout le monde profite d’une vue imprenable sur de géants glaciers : une photo d’équipe a été prise, mais nous ne pourrons la voir qu’au retour des filles dans un monde connecté.

C’est pour elles également l’occasion de se rassasier de paysages étranges et d’apercevoir l’énorme concentration de glace qui bloque la tête du fjord Sermilik, à Ningerti :

Ce soir, les filles passeront la dernière nuit sur leur campement.

Sonia
Notre exemple de résilience, Sonia, est maintenant à Grindavik, où elle a loué un petit studio en bord de mer. Son amie repart demain pour la France, Sonia sera donc seule pour les quatre derniers jours de son voyage. Mais cela est loin de lui faire peur : elle aime autant la solitude que la bonne compagnie! Si cela est possible, Sonia aimerait rejoindre Marie-Pier, Julie, Marie-France et Dominique autour du lagon bleu.

Jour 10!

C’est la deuxième nuit que le groupe passe sur le même campement et il en reste encore une. Situé au pied d’une montagne, le campement est très ensoleillé le jour, mais il y fait plus froid le soir. En effet, même si le soleil est présent 24 heures sur 24, l’ombre des géantes montagnes amène une certaine fraîcheur! Depuis Karale, les paysages se suivent mais ne se ressemblent pas. La vallée donne le vertige tant les parois sont imposantes autour du groupe!

Les filles profitent du programme : d’abord ce matin, elles ont pu faire une grasse matinée, suivie d’un festin à base de galettes de sarrazin! Pour Marie-Pier et Dominique, c’est ensuite une journée d’ascension qui leur permet de s’approcher de ces géants de granit et des glaciers qui fondent à leurs pieds. Dominique nous raconte que c’est la plus difficile à date, un beau défi à relever! Quant à Marie-France, elle est restée au campement pour tenir compagnie à Julie, cette dernière ayant encore mal aux pieds.

Les filles croisent la route de beaucoup de petits renards arctiques : « ben cute! », nous a dit Dominique.

Demain, on s’approche plus sérieusement des Triplettes (photo dans l’article d’hier).

Julie, à sa fille Amélia, 6 ans (bientôt 7!)
Malgré la superbe aventure que je vis, tu me manques! Il reste moins de dodos qu’il en restait! Maman

photoJulieblogue

Dominique
Stéphane, j’espère que tu ne t’ennuies pas trop et que ta semaine de vacances avec Bob à été un succès.  Le voyage achève, j’ai hâte de te montrer toutes mes belles photos.  Il reste encore la portion Islande que j’ai bien hâte de découvrir.
Je voulais aussi faire un ti coucou à mon amie Lucie.  J’ai bien hâte qu’on prenne notre petit déjeuner ensemble avant nos journées de travail.  Ça va être cool 🙂
A toute ma famille et mes ami(e)s, je vous embrasse et je vous vois bientôt.
Dominique xx

Le bateau laisse notre groupe en autonomie!

Le groupe remonte aujourd’hui un peu plus vers le Nord, où il fera sont campement dans la vallée de Tasilap Kua, cette fois en autonomie! En effet, le niveau de l’eau n’étant pas assez élevé à cet endroit, le bateau portant les bagages et le matériel qui suivait les aventuriers jusqu’ici les rejoindra plus tard dans le voyage. Les filles se chargent donc un peu pour pouvoir prendre le nécessaire pendant les deux journées complètes de randonnée qui les attendent. Heureusement, la marche le long du fjord n’est pas particulièrement difficile.

Marie-Pier vient tout juste de nous appeler. La ligne était très mauvaise et nous avons donc eu peu d’informations. Elle nous a tout de même dit que le groupe restait sur le même site de campement pour deux nuits : cela va limiter l’effort de portage. Tout le monde va bien, il fait toujours très beau. La marche le long du fjord fait décidément l’unanimité : tout le monde trouve ça magnifique! On peut les comprendre : les parois des Trillingerne, du Storebror et du Pikkelhuen en imposent.

Sonia
PhotoSonia3

Voici une autre des photos que Sonia nous a transmises hier. Elle aurait également aimé nous envoyer sa vidéo des glaciers, qui font apparemment un bruit impressionnant, mais impossible de l’envoyer par courriel. Elle sera donc réservée aux chanceux qui verront Sonia à son retour!

Dominique
Coucou Cousinette Josée,
C’était super notre voyage ensemble dans le sud mais il me semble qu’un comme celui-ci avec toi serait aussi magique.  Salut toute la famille et la belle grosse gang du camping
À bientôt
Dodo xx

Pas froid aux yeux… Ni aux pieds!

Ce matin, nous avions des nouvelles de notre groupe sur notre messagerie! Tout d’abord, vendredi, les filles nous racontent que les paysages sont fabuleux et le soleil toujours de plomb. La base militaire (voir l’article de vendredi) revêt une ambiance très particulière. Le soir, la source d’eau est un peu plus loin que d’habitude du campement : le groupe dispose de plus de temps libre pour pouvoir y aller tranquillement.

Julie à son chum : « Je suis très bien ici, on s’occupe vraiment bien de moi, je suis le rythme! »

Dominique à son conjoint Stéphane : « J’espère que tu n’es pas en coton ouaté au camping, parce que moi je suis en T-shirt au Groenland! Deux petits becs. »

Samedi et dimanche, le groupe a passé deux jours sur le même campement. Julie, accompagnée d’une autre personne du groupe, a décidé de prendre une petite pause à cause de grosses ampoules sur les pieds. Elle est donc partie en bateau avec les bagages, jusqu’au prochain campement qu’elle a commencé à monter en attendant les autres. Le reste du groupe a continué sa randonnée le long de la côte.

Dimanche a été une journée très relax : grasse matinée, petit-déjeuner œufs et bacon, petites randonnées et pique-nique très festif!

Aujourd’hui, les ampoules de Julie vont beaucoup mieux : elle pourra marcher demain. Marie-France nous raconte au téléphone que la vue est « malade mentale »! Il y a toujours quelque chose à voir, à 365 degrés. Les mouches les énervaient au début, mais ça va beaucoup mieux.

Les filles ont eu une longue journée de marche, durant laquelle elles ont traversé des rivières à gué, des roches, des étendues de sable, etc. Ça change de la montagne! Marie-Pier a aussi quelques ampoules et le gentil guide Jean-Philippe l’a prise sur son dos pour traverser la rivière!

Dominique, qui décidément collectionne les chutes, a trébuché sur un glacier. Pas d’inquiétude : seul son orgueil a été touché, puisque sa chute a déclenché un fou rire général dans le groupe! Marie-France nous fait une petite confession : « Samedi, nous avons traversé une étendue de bouette et j’espérais secrètement que Dominique tombe! ». Dominique, qui est derrière le téléphone et entend la conversation rit de plus belle : l’atmosphère a l’air très détendue!

Demain, le programme est encore incertain :tout dépendra du niveau de l’eau. Mais d’ici là, les filles profitent : il semblerait que leur campement de ce soir soit le plus beau depuis le début de l’aventure. En plus le terrain est plat : une bonne nuit en perspective!

—————————

Julie

Je pense beaucoup à toute ma famille!

Marie-Pier

Coucou à tout le monde!

Marie-France

Bonjour à tout le monde et un coucou spécial à ma tante.

Dominique

Salut Guy et Sylvie,
Pirouline et ses compagnons sont introuvables,  pourtant on dirait bien que le père Noël n’est pas loin, ici il y a de la magie dans l’air.  Je vous envoie tout plein d’amour et d’énergie ravigotante du Nord.  Une pensée pour ta maman et ton papa.
Guy passe le message à maman que je l’aime et que malheureusement je ne pense pas être en mesure de lui ramener un dé cette fois-ci.
Bisous à Fred, Hugo et Philou xx
Dodo et matante Dominique

À la personne qui se reconnaîtra, Dominique dit : « Arrose mes tomates et mes fouets! ».

Sonia

Ce soir, Sonia et Marie Odile dormiront à Höfn, destination la plus à l’est de leur périple. En avant-midi, elles ont fait une longue marche pour se rendre au pied d’une coulée de neige au pied du glacier Vatnajökull (photo ci-dessous).

photoSonia1

En après-midi, elles sont retournées admirer les icebergs de Jökulsarlön (photo ci-dessous) : c’était extraordinaire, elles en avaient plein la vue : « un régal tout à fait exquis pour l’œil. Des bleus qui font rêver. Il faisait très froid… Brrr! », raconte Sonia.

PhotoSonia2.JPG
Demain, départ matinal pour revenir vers l’ouest. Elles s’arrêteront à Hveragerdi, où il y a de belles excursions à faire.

« J’aimerais également souhaiter un bon anniversaire de naissance et de mariage à ma copine et voisine Martine (et à son mari François, pour le 2e anniversaire de la journée). »
Sonia

Tasiilaq : un lieu de vie inattendu

La vallée de Tunup Kua est étroite, bordée de hautes parois granitiques : un air de Patagonie… certainement! Le groupe la remonte vers le nord, pour rejoindre à pied le fjord Tasiilaq, l’extrémité étroite et peu profonde du grand fjord Angmassalik.

Tasiilaq

Selon le temps et les conditions, les filles devront peut-être chausser leurs crampons pour traverser le glacier qui les sépare encore du Tasiilaq.

Le saviez-vous?

  • Tasiilaq signifie « l’endroit avec un lac »
  • C’est le plus grand village de la côte est, avec une population de 2 000 habitants environ, une croissance parmi les plus rapides du pays.
  • Tasiilaq se situe à environ 106 km au sud du cercle Arctique

Ce soir, le groupe monte le campement sur les rives du fjord Tasiilaq, avec, en toile de fond tout au nord, les parois granitiques des Trillingerne (Triplettes).

Lundi, nous aurons plus de nouvelles du groupe, qui nous fera très probablement un compte-rendu complet de sa fin de semaine. À demain!

Dominique
Ma belle gang de Costco 529, une chance que je suis passée par ici avant de faire le grand saut vers 525.  Je pense souvent à vous, vous allez me manquer.  J’ai passé 9 années magnifiques à vos côtés.  Je ne vous oublierai jamais, je vous aime.
Dom xx

Journée de randonnée dans la baie de Tuno

IMG_2362.JPG

La journée d’aujourd’hui est consacrée à l’exploration de la vallée. Débouchant sur la baie de Tuno, elle est habillée de quelques glaciers en recul.

Le paysage change pourtant, il devient plus vert et l’ambiance est totalement différente.

Le dépaysement est toujours au rendez-vous et nos aventurières marchent sur des chemins que peu ont eu la chance d’emprunter dans leur vie. Le mot d’ordre : profiter.

Dominique nous raconte que le groupe fait preuve de beaucoup de cohésion et de solidarité : décharger le bateau et monter le campement est une affaire de groupe! Sur le campement, les participantes sont R-A-V-I-E-S des excellents repas que leur concocte Jean-Philippe, le guide du voyage.

Sonia
L’aventure de Sonia (qui a dû renoncer au Défi Groenland SP à cause d’une blessure) et son amie Marie Odile continue. Au programme des prochains jours : y aller « au pif » (selon les dires de Sonia)! Pas d’itinéraire de prévu, pas de logement réservé. Mais les deux amies ne sont pas inquiètes : elles ont suffisamment le goût de l’aventure pour faire face à l’imprévu, et cela les amuse. Bonne route les filles!

Dominique
Annie,
Pff tu trouverais la marche longue en titi si tu étais ici, mais les paysages sont à couper le souffle.  Prends un petit verre de vin frais à ma santé sous le chaud climat de l’été…
Je vous embrasse toi, Gino et les garçons  xx
p.s. embrasse aussi maman Carolle, matante Diane et Julien
Do xx

Visite d’un site empreint d’histoire

Reprise du trek ce matin, à partir de Sarqakajik. Les filles sont toujours dans le fjord Ikateq et continuent de suivre de littoral. Bientôt, elles arrivent sur un site historique et insolite!

Voici une ancienne base militaire de la deuxième guerre mondiale, qui permettait aux avions américains de se ravitailler en combustible avant de rejoindre l’Angleterre alliée et le reste de l’Europe en guerre. Aujourd’hui, pas âme qui vive à la base, mis à part quelques lagopèdes cachés dans les carcasses de camion avec leurs petits. Et beaucoup de rouille! Des milliers de barils rouillés colorent les abords du fjord. Un spectacle étonnant pour le groupe qui a peine à s’imaginer ce qu’il se passait ici il y a quelques dizaines d’années…

Après avoir exploré le site, les filles poursuivent le long du fjord, non sans s’offrir une petite montée vers un point de vue magnifique, qui domine le large delta de la baie de Tuno.

De là, elles s’approchent de l’extrémité de la vallée de Tunup Kua, où elles monteront le campement de ce soir.

Sonia

Dans notre premier article, nous vous parlions de Sonia et de son amie Marie Odile. Cette dernière est arrivée très tard à l’hôtel le premier jour (au milieu de la nuit). Les filles ont donc pris une journée supplémentaire à Reykjavik, pour se reposer et planifier leur périple. Hier après-midi, elles ont loué une voiture pour partir aujourd’hui faire des provisions à Selfoss. Elles prendront ensuite la direction du Cercle d’or, ou le Gullni hringurinn en islandais. Elles vont ainsi pouvoir visiter les trois sites touristiques les plus fréquentés du pays :

  • Le parc national de Þingvellir (qui a d’ailleurs été le lieu de tournage de quelques scènes de la célèbre série Game of Thrones) – photo 1
  • La chute de Gullfoss : un étage à 32 mètres, l’autre à 70 mètres de hauteur – photo 2
  • Geysir, un site qui porte son nom à cause des geysers qu’il abrite, pouvant propulser de l’eau bouillante à 70 mètres de haut! C’est d’ailleurs ici que nos deux aventurières logeront – photo 3

Après deux nuits à Geysir, Sonia et Marie Odile devraient se diriger vers Jokulsarlon, lagune glaciaire du sud, couverte d’icebergs, pour ensuite revenir vers la région de Reykjavík, en s’arrêtant dans le coin de Hofn. Elles devraient pouvoir y faire de très belles randonnées! Les 26 et 27 juillet, les filles ont prévu d’aller « là où notre inspiration nous amènera », nous dit Sonia. Le 28, retour à Reykjavik, Marie Odile reprend l’avion vers la France.

Sonia prévoit de passer le reste du temps à Grindavik et dans ses environs.

« Je n’ai pas chômé depuis mon arrivée, car j’ai parcouru 24 km depuis les trois jours que je suis ici. Je me plais à chaque instant, et le meilleur est à venir. Vive le calme et la sérénité de ce coin merveilleux, qui ne connaît pas la canicule. » Sonia

Dominique
Salut tout le monde,
Les enfants,  Alex, Megyan, Anthony, comme j’aimerais qu’un jour vous ayez la possibilité de voir comme le monde est beau et magnifique.  Comme je suis tout près du pôle Nord, dites aux filles que j’essaie de voir si je ne rencontrerais pas leurs lutins 🙂
Je suis tellement fière des adultes que vous êtes devenus, je vous aime énormément.
Bisous à mes charmantes petites princesses, et à leur adorable maman Josée-Anne ainsi qu’à la belle Mélissa d’Anthony.
Maman xx