Ascension de l’impressionnant Acotango

Petit retour sur les jours précédents, grâce aux informations que Marc nous a transmises ce week-end.

Vendredi, Marc et Suzie en ont pris plein la vue et plein l’estomac! En effet, après fait une marche de soir pour admirer le coucher de soleil sur des paysages magnifiques, ils ont profité d’un excellent souper.

Samedi, comme prévu, ils ont débuté l’ascension du volcan Coipasa : « première montée sérieuse d’une dizaine d’heures, mais une belle réussite! » commente Marc. Les aventuriers ont d’ailleurs trouvé que, comparativement à celles qu’ils ont traversées, les routes du Québec sont belles! En cours de montée, ils se sont arrêtés pour la nuit dans un village abandonné, où ils ont dû faire face à un vent important pendant la nuit.

Dimanche, dernière journée avant la montée du camp de base de l’Acotango. Suzie nous raconte qu’ils ont surtout fait de la route en jeep dans la journée. Arrivés au camp, tout près d’une source thermique, ils ont admiré la vue sublime sur les montagnes, où la lune se reflète.

Habituellement, ils se couchent immédiatement après avoir soupé, pour profiter d’un bon sommeil réparateur. Hier soir au menu : riz, légumes et poulet à la moutarde, avec, comme à l’habitude, une soupe chaude. La nourriture est, semble-t-il, incroyable!

Niveau santé, tout va bien, les participants s’acclimatent de mieux en mieux. Marc avait cependant un léger mal de dents.

La journée d’hier était nettement plus froide que les autres : la température de la nuit entre dimanche et lundi devait d’ailleurs descendre sous le point de congélation.

Nos deux voyageurs prennent part à cette aventure avec des personnes de la Fondation de l’hôpital régional de Saint-Jérôme. Selon eux, la dynamique est excellente, et ils devraient avoir bien des histoires à compter à leur retour!

On sent le positivisme de Marc et Suzie au téléphone : tant mieux, ils en auront besoin, parce qu’aujourd’hui, ils attaquent officiellement l’Acotango!

Cette journée mémorable débute bien avant l’aurore. Elle mène nos participants à franchir la barre des 6 000 mètres, vers le paradis des hautes cimes.

L’ascension est un véritable défi, et c’est pourquoi elle constitue le cœur de ce magnifique voyage. L’effort soutenu se fait sur un terrain exigeant. et à des températures qui peuvent nous rappeler nos hivers canadiens.

Tout commence avec 3 heures de marche dans le sable et la roche pour se rendre au pied du glacier (5 500 m), puis 5 autres heures de marche sur une belle arête de neige.

28sept

Du sommet ainsi atteint, ils bénéficient d’une fantastique vue sur l’altiplano, le Sajama, le Payachatas et sur le parc national de Lauca au Chili!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s